Manu et Martin autour du monde

Manu et Martin autour du monde

Au delà de la Longue route, les enfants scrutent l'horizon et se questionnent sur l'avenir de leur planète. A la voile, en solitaire et par les mers du Sud, cette Longue Route a été racontée par des enfants. Le 15 août 2018, Manu, à bord de Martin, son bateau, est parti pour un tour du monde sans escale, en passant par les 3 caps: Bonne Espérance, Leeuwin, le Horn. Mes élèves et moi, Michèle, animons ce blog depuis notre classe de CM2 en Martinique pour  la 3ème année scolaire déjà. Bien que Manu n'ait pas pu bouclé son périple à cause d'une terrible tempête à l'entrée de l'Océan Indien ,  nous continuons ce beau projet collectif; cet espace est avant tout un lieu de découvertes et d'échange autour de la mer, les voyages, la voile, le respect de notre environnement et les aventures de Manu et Martin bien sûr !   A vivre et à faire vivre par tous: enfants, amis, familles,  passionnés de bateaux et  amoureux de notre belle terre... Notre petit travail de colibri est d'essayer de tisser un lien entre les enfants du monde, un lien tissé  des vraies valeurs, que sont le respect de l'autre et de notre planète.

Fanch, Francis et Navy, le petit chat, premiers à partir pour la longue route dans deux semaines!!!

Fanch, Francis et Navy, le petit chat, premiers à partir pour la longue route dans deux semaines!!!

Nous vous présentons les deux premiers participants à partir pour la longue route!!

Francis  sur son bateau Alizés 2 accompagné de son chat Navy

C'est un chat noir et blanc, très joli habitué à la navigation.

Et Fanch Guillon sur son bateau Chanik.

Ils vont partir le 18 juin après la fête du Bono en Bretagne.

Voici ci dessous des articles de vrais journaux qui racontent leur projet.

Bon courage!!et bonne longue route à tous les 3!

Fanch, Francis et Navy, le petit chat, premiers à partir pour la longue route dans deux semaines!!!


Extrait du Télégramme de Brest du 2 juin 2018

À bord de son bateau de 12 mètres, Fanch Guillon se lance dans un tour du monde sans escale et sans assistance. Un voyage dans le sillage de Moitessier, précurseur de la plaisance moderne, 50 ans plus tôt.
 

Chanik se dandine contre le ponton de Port-La-Forêt. À côté des 60 pieds grimés aux couleurs de leurs sponsors, elle ne rougit pas de ses 34 ans. Car le bateau de Fanch Guillon, dont il parle au féminin comme les Anglais, sort tout juste d'une opération de lifting à l'INB. Un « refit », préfère François Bergeronneau, le chargé de communication de l'Institut qui forme des professionnels du nautisme. Ce Sun Fizz 41 (11,75 m) a passé neuf mois entre les mains studieuses des stagiaires pour « une rénovation complète ». Grâce à un partenariat avec l'institut de formation et Jeanneau, (chantier constructeur), Chanik a été désossée du mat à la quille, le cockpit repensé, le gréement et les hublots changés, un moteur neuf installé, la structure révisée, l'électronique refaite. Le tout, sous l'oeil d'un expert de chez Jeanneau. Alors, bronzé comme à un retour de croisière aux Antilles, le skipper confortablement installé dans le carré soupire de contentement : « Je suis zen ! »
 

HUIT MOIS EN MER

D'autres le seraient quand même moins. Dans deux semaines, le modeste bateau de série s'apprête à faire comme ses glorieux voisins de ponton : un tour du monde sans escale et sans assistance. À la différence près que là où ils mettent moins de trois mois à refermer la boucle, Chanik devrait en mettre 8 à 10 pour gravir cet Everest de la voile. Fanch Guillon, ancien officier sous-marinier qui a découvert la voile en dériveur en Méditerranée, et aujourd'hui photographe installé en Savoie, doit partir du Bono (Morbihan). Un lieu symbolique. C'est là que repose Bernard Moitessier.

 

 Le navigateur est entré dans l'histoire de la voile en 1968. En tête de la Golden Globe race, première course autour du monde en solitaire, sans assistance et sans escale, il avait renoncé à remonter l'Atlantique pour arriver en vainqueur, préférant gagner Tahiti pour « sauver [SON]âme ». Des neuf marins qui participaient à cette compétition préfigurant les grandes courses modernes, un seul a fini. Bernard Moitessier a tiré de son périple « La longue route », récit d'aventure et bible de nombreux plaisanciers. Un demi-siècle plus tard, 25 marins, dont Fanch Guillon, s'élancent cet été d'Amérique et d'Europe, pour La longue route 2018, un tour du monde (en solitaire, sans escale et amical) en hommage.

500 kg de nourriture


Pendant ces longs mois en mer, à bord de Chanik, il faudra récupérer l'eau de pluie, lutter contre le froid en l'absence de chauffage, économiser l'électricité avec un régulateur d'allure mécanique à la place du pilote automatique et stocker 500 kg de nourriture, dont des graines à faire germer et de la farine : « Tous les trois jours, je vais faire une miche de pain ». Petit plaisir du marin. À des milliers de miles de toute assistance, ballotté par les vagues géantes des mers du Sud, il faudra aussi mettre un peu de côté la peur de l'incendie, du chavirage, du démâtage, du container qui trouerait la coque ou, pire, de passer par-dessus bord. Pour Fanch Guillon, qui a déjà un tour de l'Amérique du Sud via l'île de Pâques et le Cap Horn sous la quille, ce tour du monde se présente comme un « achèvement ». « J'aime bien le comparer à un chemin de Compostelle ». Il s'arrête. « Je trouve que j'ai beaucoup de chance ».

Fanch, Francis et Navy, le petit chat, premiers à partir pour la longue route dans deux semaines!!!

FRANCIS TOLAN, UN NAVIGATEUR MOBILISE POUR LA LUTTE CONTRE LE CANCER

Fanch, Francis et Navy, le petit chat, premiers à partir pour la longue route dans deux semaines!!!

avec Navy son petit mousse!!!

Fanch, Francis et Navy, le petit chat, premiers à partir pour la longue route dans deux semaines!!!

Extrait d' un article du site "Aquitaine Online ".

Un grand périple de plusieurs mois au profit de la lutte contre le cancer

Le navigateur Francis Tolan, dont le bateau est basé à Hendaye, va participer à La Longue Route 2018, un tour du monde à la voile en solitaire, sans escale et sans assistance, par les 3 caps australs. Ce grand projet, qui va s’étaler entre 7 et 9 mois, est l’équivalent ....

.... d’un Vendée Globe avec un bateau de croisière.

Le départ se fera au Bono, dans le Morbihan, le 18 juin. C’est accompagné de son fidèle bateau Alizés II, un voilier Bénéteau modèle Océanis de 13 m de long sur 4 m de large (mais aussi de son fidèle chat Navy, habitué aux voyages en mer !) qu’il sillonnera les mers. Depuis le Bono, en passant par le cap de Bonne Espérance à la pointe de l’Afrique du Sud, le cap Leeuwin en Australie, ou encore le cap Horn au bas de l’Amérique du Sud, avec une arrivée au Bono puis à Hendaye, ce sont 50.000 km qui seront parcourus par le navigateur !

Si Francis Tolan est depuis toujours passionné par la mer et la navigation, c’est avant tout la lutte contre le cancer qui l’a motivé à se lancer dans cette belle aventure. Soutenu par le Comité des Pyrénées-Atlantiques de La Ligue contre le Cancer, il espère contribuer à un objectif minimum de dons de 50.000€, soit 1€ du kilomètre parcouru sur la Longue Route.

25 autres navigateurs participent à ce tour du monde qui se veut, non pas une course, mais un pèlerinage, sans règlement, sans contraintes, sans obligations et sans prix.

Fanch, Francis et Navy, le petit chat, premiers à partir pour la longue route dans deux semaines!!!

La lutte contre le cancer et la protection de l’environnement ....
.... motivations clés de Francis Tolan

Francis Tolan est actuellement en rémission d’un cancer de la gorge. C’est en février 2017, alors qu’il entame le traitement de son cancer, qu’il s’inscrit à ce projet, persuadé que cette initiative l’aiderait à combattre cette maladie.

Fort de cette victoire, il souhaite via La Longue Route aider à la recherche contre le cancer et à l’accompagnement des malades, en sensibilisant le plus grand nombre de personnes à donner pour La Ligue contre le cancer. Il souhaite également communiquer sur les espoirs de rémission et prouver que les objectifs sont une bonne thérapie.      

La protection de l’environnement est une autre motivation de Francis Tolan. Le navigateur entend veiller à sa gestion de l’eau et consommer très peu d’énergies fossiles (carburant et gaz). Pour ce faire, il a équipé Alizés II d’un four solaire et d’un dessalinisateur à basse énergie et apportera une attention toute particulière à l'avitaillement avec une recherche d'aliments sains. Il mettra également en place un traitement particulier des déchets afin de ne rien rejeter en mer, grâce à un compacteur qui va en permettre la réduction et un tri dont il rendra compte à la société Robins des Mers (spécialisée dans la protection des océans).

Enfin, Francis Tolan et les autres équipages vont être chargés lors de leur parcours de larguer des balises Argo océanographiques pour le compte de Ifremer (ces balises ont pour but de communiquer diverses informations sur l’eau par satellite afin de mieux comprendre la salinité et les courants à différentes profondeurs dans le grand sud).

  
Fanch, Francis et Navy, le petit chat, premiers à partir pour la longue route dans deux semaines!!!

La mer et la navigation : grandes passions de Francis Tolan  

Grand amoureux de la mer et navigateur aguerri, Francis Tolan compte déjà à son actif plusieurs expériences maritimes. En 2011, il se lance dans les grandes navigations et achemine du matériel scolaire au Sénégal, dans le Siné Saloum, au profit de l’ONG Voiles Sans Frontières, avec une de ses filles et déjà avec Alizés II.

De fin 2013 à début 2014, il retourne au Sénégal pour apporter un ensemble de fauteuil dentaire, au village de Niodior. Fin 2015, il décide de faire un tour du monde sans date de retour.  Il l’achève en août 2017, après avoir fait le tour de l’Atlantique. A cette occasion, il achemine, toujours au profit de Voiles Sans Frontières, du matériel dentaire au Sénégal, l’occasion de larguer une balise Argo au large du Brésil.

Depuis maintenant 6 mois, il prépare son bateau et son équipement sur le port d’Hendaye. Une étape clé pour minimiser les risques auxquels il pourrait être confronté : chavirement, démâtage, problèmes d’étanchéité…

Il quittera le Port d’Hendaye le 10 juin pour prendre la direction du Bono. Les 16 et 17 juin est prévue une commémoration de l’œuvre maritime, spirituelle et littéraire de Bernard Moitessier. Ce tour du monde est en effet un hommage à ce grand marin et écrivain qui participa à la première course autour du monde en 1968 et dont Guy Bernardin s’inspira pour créer La Longue Route. Le grand départ de ce périple aura lieu à partir du 18 juin.     

Fanch, Francis et Navy, le petit chat, premiers à partir pour la longue route dans deux semaines!!!
Fanch, Francis et Navy, le petit chat, premiers à partir pour la longue route dans deux semaines!!!

Article publié par Mathéo et Samuel 

Fanch, Francis et Navy, le petit chat, premiers à partir pour la longue route dans deux semaines!!!Fanch, Francis et Navy, le petit chat, premiers à partir pour la longue route dans deux semaines!!!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article