Manu et Martin autour du monde

Manu et Martin autour du monde

Au delà de la Longue route, les enfants scrutent l'horizon et se questionnent sur l'avenir de leur planète. A la voile, en solitaire et par les mers du Sud, cette Longue Route a été racontée par des enfants. Le 15 août 2018, Manu, à bord de Martin, son bateau, est parti pour un tour du monde sans escale, en passant par les 3 caps: Bonne Espérance, Leeuwin, le Horn. Mes élèves et moi, Michèle, animons ce blog depuis notre classe de CM2 en Martinique pour  la 3ème année scolaire déjà. Bien que Manu n'ait pas pu bouclé son périple à cause d'une terrible tempête à l'entrée de l'Océan Indien ,  nous continuons ce beau projet collectif; cet espace est avant tout un lieu de découvertes et d'échange autour de la mer, les voyages, la voile, le respect de notre environnement et les aventures de Manu et Martin bien sûr !   A vivre et à faire vivre par tous: enfants, amis, familles,  passionnés de bateaux et  amoureux de notre belle terre... Notre petit travail de colibri est d'essayer de tisser un lien entre les enfants du monde, un lien tissé  des vraies valeurs, que sont le respect de l'autre et de notre planète.

Prochaines retrouvailles avec la Mer...

Martin au ponton à Cape Town. Au fond, la Montagne de la Table....

Martin au ponton à Cape Town. Au fond, la Montagne de la Table....

Capetown le 16/11/2018.
Martin tire mollement sur ses amarres, bientôt  le départ...L'escale à  Capetown est magnifique. Les gens sont étonnamment gentils et disponibles....On reviendra...Le régulateur fonctionne comme il peut, je pense qu'il nous emmènera jusqu'à la Martinique..Les voiles sont OK... Et le moral est bon... Il va falloir virer vers le Nord à  la sortie du port; abandonner la route du Sud reste malgré tout difficile mais c'est la bonne direction...
Je dois rester sourd aux chuchotements amers  de mon ego blessé......Ce mauvais ami guette la moindre faiblesse...    Nous sommes en Afrique du Sud, et  je pense beaucoup à cette phrase de Nelson Mandela: "JE NE PERDS JAMAIS , SOIT JE GAGNE, SOIT J'APPRENDS ".....Alors j'apprends....
 
Prochaines retrouvailles avec la Mer...
 Une escale à Sainte Hélène  s'impose, passer à côté sans s' y arrêter serait dommage.. Bien que quelquefois, il soit difficile, une fois lancé, de stopper, de casser le rythme de la navigation. 
La mer est juste là, derrière la digue, je sais qu'elle m'attend, nous avons tissé de nouveaux liens, bien plus intimes qu'auparavent....... La maîtresse impudique m'a révélé  ses plus obscurs fantasmes, m'entraînant ainsi dans une spirale amoureuse sans fin..... Je sais qu'au creux de ses vagues, nous ferons notre nid, au fond duquel nos jeux amoureux n'auront plus jamais de limites....
MANU
Oskar Kokoschka, La tempête ou la fiancée du vent, Huile sur toile, 181 x 220

Oskar Kokoschka, La tempête ou la fiancée du vent, Huile sur toile, 181 x 220

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eniona loresta laurianne 24/11/2018 00:49

AME et super on se régale a chaque sortie mais il fait chaud mais on est content

beber 19/11/2018 10:38

Quelqu'un à dit : les grands marins sont ceux qui savent faire demi tour.
La route est encore longue et l'aventure continue.
C'est magnifique !
A bientôt

irène 17/11/2018 08:43

Je ne perds jamais; soit je gagne soit j'apprends … ouf … une jolie phrase que je te remercie de partager après cette incroyable aventure et ta "grande décision". Quand le philosophe prend le dessus, c'est une victoire … même si cela n'est pas toujours facile, n'est-il pas ? Bon (doux) vent à toi, amitiés à Michèle, félicitations pour la reconnaissance académique de votre blog ;) et salutations aux élèves, auteurs enthousiastes de tous ces articles.