Manu et Martin autour du monde

Manu et Martin autour du monde

Au delà de la Longue route, les enfants scrutent l'horizon et se questionnent sur l'avenir de leur planète. A la voile, en solitaire et par les mers du Sud, cette Longue Route a été racontée par des enfants. Le 15 août 2018, Manu, à bord de Martin, son bateau, est parti pour un tour du monde sans escale, en passant par les 3 caps: Bonne Espérance, Leeuwin, le Horn. Mes élèves et moi, Michèle, animons ce blog depuis notre classe de CM2 en Martinique pour  la 3ème année scolaire déjà. Bien que Manu n'ait pas pu bouclé son périple à cause d'une terrible tempête à l'entrée de l'Océan Indien ,  nous continuons ce beau projet collectif; cet espace est avant tout un lieu de découvertes et d'échange autour de la mer, les voyages, la voile, le respect de notre environnement et les aventures de Manu et Martin bien sûr !   A vivre et à faire vivre par tous: enfants, amis, familles,  passionnés de bateaux et  amoureux de notre belle terre... Notre petit travail de colibri est d'essayer de tisser un lien entre les enfants du monde, un lien tissé  des vraies valeurs, que sont le respect de l'autre et de notre planète.

ROARING FORTIES BLUES JDB

ROARING FORTIES BLUES    JDB

  « J'ai l'impression que Bonne Espérance est plus dangereux que le Horn, à cause des zones de convergence du courant chaud venu de l'Océan Indien avec le courant froid Antarctique » ........ « Loïc Fougeron  et Bill King ont plus ou moins sanci fin octobre dans l'Atlantique Sud aux environs du 40 ème parallèle, avant Bonne Espérance »... « Et pendant que Captain Brown et Galway Blazer 2  se faisaient matraquer  par ce gros mauvais temps dans l'Atlantique Sud, Joshua avait déjà passé Bonne Espérance et courait dans l'Océan Indien sous une bonne brise force cinq à six »... « Question de chance... Comment se serait comporté Joshua par rapport à Captain Brown et Galway Blazer 2, dans le coup de vent qui a envoyé ces deux bateaux au tapis? Nul ne peut le dire. Sous les hautes latitudes, on est dans la main de Dieu. »

  Je lis et relis ces passages de la ''Longue Route'' de Bernard Moitessier... J'essaie d'y trouver la Vérité... ma Vérité...

 Malgré moi, un sentiment d'injustice me taraude... Le démon sournois me hante...rôde sans cesse autour de moi... Ombre furtive sur le tableau du voyage, il raconte à mon coeur l'histoire d'une défaite qui n'existe pas... Puis le jour arrive, l'île est belle... Alors le soleil se lève et cloue l'être immonde sur les derniers lambeaux obscurs de la nuit... Mais la victoire est éphémère car le démon ne veut pas mourir...
«Sous les hautes latitudes, on est dans la main de Dieu »... Et la Main Divine une fois refermée, s'en est allée, emportant avec elle un bout de mon âme...
MANU Les Anses d'Arlet, le 12 février 2019

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hélène 16/02/2019 05:14

whouffff ! Ca va Manu ? Mon avis de terrestre est que cette difficile décision que tu as prise était la meilleure, mais je ne suis pas marin... pour moi le bateau c'est les vacances, les week-ends mais pas la navigation de longue, j'en serais incapable. Alors oui forcément avoir préparé ce trip de la façon dont vous l'avez fait et être "obligé" de l'interrompre.... Ca fout les boules c'est sûr. Mais nous on te préfère en bonne forme et en vie.... Et puis qui sait si une autre occasion sympa ne se présentera pas à toi.

Christophe 18/02/2019 20:27

Bonjour Manu,
j'ai suivi de prés grace à votre super blog toute ta préparation et ton aventure vers la longue route .
Avec un grand plaisir teinté d'une forme de respect. Je n'y ai vu aucune ombre, si ce n'est celle survenue avec ces fronts terribles qui ont cognés Martin et son capitaine, la bas loin de toute terre. Dans un univers que j'imagine comme il est souvent décrit; froid et particuliérement hostile en ce lieu.
Il en fallu du courage pour s'engager et tenter ce passage en solo résérvés aux seuls audacieux aspirés par ce pays des ombres.
Mais voilà, on ne maitrise pas tout.
Et cette dépression venue vous croquer, était en son royaume, elle a jaillit, au mauvais endroit au mauvais moment, ne laissant pas de choix.Autre que de l'affronter avec brio, ce que vous avez fait. N'ayez pas de regrets, vous pouvez être fier de votre parcours.
Et bon vent pour la suite.