Manu et Martin autour du monde

Manu et Martin autour du monde

Au delà de la Longue route, les enfants scrutent l'horizon et se questionnent sur l'avenir de leur planète. A la voile, en solitaire et par les mers du Sud, cette Longue Route a été racontée par des enfants. Le 15 août 2018, Manu, à bord de Martin, son bateau, est parti pour un tour du monde sans escale, en passant par les 3 caps: Bonne Espérance, Leeuwin, le Horn. Mes élèves et moi, Michèle, animons ce blog depuis notre classe de CM2 en Martinique pour  la 3ème année scolaire déjà. Bien que Manu n'ait pas pu bouclé son périple à cause d'une terrible tempête à l'entrée de l'Océan Indien ,  nous continuons ce beau projet collectif; cet espace est avant tout un lieu de découvertes et d'échange autour de la mer, les voyages, la voile, le respect de notre environnement et les aventures de Manu et Martin bien sûr !   A vivre et à faire vivre par tous: enfants, amis, familles,  passionnés de bateaux et  amoureux de notre belle terre... Notre petit travail de colibri est d'essayer de tisser un lien entre les enfants du monde, un lien tissé  des vraies valeurs, que sont le respect de l'autre et de notre planète.

Le Conte de Manu

Le Conte de Manu

Bonjour c’est Kancho et Noah J!

Nous vous présentons aujourd'hui, le début de l'histoire de Manu, Martin et les enfants autour du monde....C'est Manu qui écrit ce conte et nous l'aidons, nous les petits journalistes de cette année....

 

Le Conte de Manu

...mais aussi ceux de l'année dernière qui sont maintenant en 6ème...

Le Conte de Manu

Cette histoire raconte que Manu est le capitaine de son bateau Martin. Il se fait guider par les étoiles. Il peut les entendre. Manu est un grand rêveur. Ce conte c'est aussi sa rencontre avec les enfants...

C'est Cécile, une amie, qui fait les îllustrations.

Il va  continuer cette histoire  et la terminer, et nous les enfants,  nous allons l'aider...

 

 

Le Conte de Manu

Manu a décidé de mettre le conte au passé plutôt qu'au présent..ça tombe bien, on apprend l'imparfait le passé simple. Nous avons tous réécrit une partie du conte au passé.  Nous voici  en train de donner nos textes à Manu pour qu'il retravaille ce début de conte....

Le Conte de Manu

Nous voici  en train de donner nos textes à Manu pour qu'il retravaille ce début de conte....

Et voici le résultat... on a envie de continuer la suite! 

Martin était un beau bateau... Sa coque élancée, et à la fois un peu ronde  sur la hanche, lui donnait cette allure qu'ont les navires taillés pour l'aventure. Son mât, droit et presque fier, semblait montrer du doigt les mille étoiles qui le guidaient dans les nuits tropicales.

 Quand  le rivage ressemblait à une meute de loups, grognant et grondant, découvrant de terribles dents de corail dans leurs gueules écumantes, elles  étaient là... C'étaient  elles qui indiquaient la route au capitaine... car le capitaine savait les écouter.  Les étoiles nous parlent, on le sait tous,  mais quelquefois, quand on devient grand, on ne les entend plus... trop d'adultes n'ont plus le temps d'écouter les étoiles... C'est dommage...

Le capitaine s'appelait Manu. Martin et lui étaient de vieux amis... Ils en avaient fait des grandes balades sur les océans!... Toujours prenant soin l'un de l'autre, jamais ils ne se fatiguaient de voyager, de courir derrière les poissons volants, faire la course avec les nuages ou de glisser sur les grosses vagues quand la mer était en colère... 

   Un matin, après plusieurs jours d'une  navigation paisible et ensoleillée, ils arrivèrent devant une île; elle était belle... Les cocotiers semblaient se baisser pour caresser la mer que les vagues agitaient à peine. Le sable, tout en poussière de corail, était si blanc que l'on s'y serait brûlé les yeux à le regarder trop longtemps. Les oiseaux tournaient autour du soleil dans une ronde continue et sur la plage, jouaient des petits enfants. Entre les arbres un peu en retrait, une petite cabane bariolée était posée là, comme dans un nid, un petit nid de sable et de verdure. Au dessus de la porte de la petite case, on pouvait  lire en lettres multicolores  : ECOLE.

Dans un coin de la belle anse, le coin le plus tranquille, un voilier tirait gentiment sur son ancre. A peine entré dans la baie Martin l'avait vu... un beau petit bateau au ventre rond, "sûrement bon marcheur'', avait-il pensé... Squr son tableau arrière tout bleu, on devinait de jolies lettres blanches, P.R.O.S.P.E.R: il s' appelait PROSPER .

L'ancre  lâchée mordit le sable blanc et s'y planta profondément. Puis, une fois les voiles soigneusement pliées, Manu et Martin purent enfin se reposer tranquillement... dormir... dormir, car la traversée les avait fatigués.

Ils rêvèrent de voyages, de voyages encore plus grands, plus longs, plus loin... un voyage tellement grand et tellement long, qu'il ferait le tour de la Terre... le tour de la Terre... le tour de la Terre. Peut être un jour entreprendraient-ils cet immense voyage, mais quand ? Ils ne le savaient pas encore... Martin était prêt pour cette longue route, Manu aussi, mais pourtant quelque chose manquait... Aucun d'eux n'arrivait à savoir quoi, mais les deux amis avaient le sentiment que ce n'était pas encore le moment... "Quand le jour de la longue route viendra, alors nous partirons tous les deux, et les Albatros du Grand Sud nous accompagneront, leurs  ailes  immenses déployées, ils danseront pour nous dans le ciel des quarantièmes rugissants". Ces mots de Manu ravissaient Martin ...la Longue Route....la longue route....

Une fois bien reposé, la tête encore pleine de rêves, Manu descendit sur la plage. C’était la récréation et les élèves s'amusaient sur le sable. Tous l'invitèrent  à visiter leur école, tous souriaient, leur classe était habillée de toutes les couleurs comme si un arc en ciel habitait là. Les fous de Bassan et les goélands s'installaient sur les fenêtres pour passer de longs moment avec tout ce petit monde qui riait, chantait et apprenait plein de choses. Ici même  les tables de multiplication étaient les amies des petits enfants, les divisions s'étaient transformées  en jeux amusants et la géographie en belles histoires qu'aucun ne voulait oublier...

   La maîtresse était très gentille, elle aussi avait un ami bateau... c'était Prosper,  le beau petit voilier.

Manu leur racontait Martin, leurs voyages, leurs aventures. Il leur raconta aussi son envie de faire la plus grande de toutes les navigations... la Longue Route. Tous imaginaient Manu et Martin dans la grande houle du Sud... Tous voulaient écrire, dessiner la longue route de Manu et Martin autour du monde. La maîtresse souriait... elle savait que les petits enfants peuvent faire beaucoup plus de choses que ce que les adultes croient... car elle aussi parlait avec les étoiles...

Alors Manu leur dit que, bientôt il allait ramener Martin au chantier pour le faire plus beau, plus fort... Il savait que ce soir les étoiles allaient lui parler. Elles allaient lui dire que le moment était venu, le grand moment... celui de la Longue Route. Il le  savait... Il l'avait lu dans les yeux des petits enfants...

 

Le Conte de Manu
Le Conte de Manu

Article réalisé par Kancho et Noah J

Le Conte de Manu
Le Conte de Manu
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hélène 21/03/2019 04:01

Super conte ! Ca me fait penser à certains livres que j'ai lus d'Eric Orsenna, "la grammaire est une chanson douce" notamment, l'esprit de l'histoire est similaire, j'adore.