Manu et Martin autour du monde

Manu et Martin autour du monde

Au delà de la Longue route, les enfants scrutent l'horizon et se questionnent sur l'avenir de leur planète. A la voile, en solitaire et par les mers du Sud, cette Longue Route a été racontée par des enfants. Le 15 août 2018, Manu, à bord de Martin, son bateau, est parti pour un tour du monde sans escale, en passant par les 3 caps: Bonne Espérance, Leeuwin, le Horn. Mes élèves et moi, Michèle, animons ce blog depuis notre classe de CM2 en Martinique pour  la 3ème année scolaire déjà. Bien que Manu n'ait pas pu bouclé son périple à cause d'une terrible tempête à l'entrée de l'Océan Indien ,  nous continuons ce beau projet collectif; cet espace est avant tout un lieu de découvertes et d'échange autour de la mer, les voyages, la voile, le respect de notre environnement et les aventures de Manu et Martin bien sûr !   A vivre et à faire vivre par tous: enfants, amis, familles,  passionnés de bateaux et  amoureux de notre belle terre... Notre petit travail de colibri est d'essayer de tisser un lien entre les enfants du monde, un lien tissé  des vraies valeurs, que sont le respect de l'autre et de notre planète.

BRAVO PIERROT !

Photo de Bruno Tréca

Photo de Bruno Tréca

Le 7 mars 2019,  Pierre André Huglo arrivait à Ouistreham, d'où il était parti 221 jours plus tôt. Les trois grands caps étaient doublés, une navigation exemplaire.  Une grande victoire de la simplicité nautique et de la sobriété technique, pour le bateau. Une grande victoire de l'humilité pour le navigateur. 
"Parmi tous les bateaux de la Longue Route 2018, je pense que le Contessa 32 est l'un des meilleurs  malgré sa petite taille''...''il est l'un des meilleurs bateaux sur le marché pour un parcours tel que celui de la Longue Route et plus généralement pour une traversée transocéanique...  '' confiera-t-il à Jean Luc Gourmelen de la revue  "Voiles et Voiliers".
Tu n'imagines pas, Pierre André comment tes mots me ravissent. Ils me ravissent, car ayant participé à cette même Longue Route (bien que malheureusement outsider) avec une unité moins performante mais qui partage beaucoup de critères avec Fresh Herring,  je me voyais, durant ma longue période de préparation, souvent taxé d'illuminé ou d'inconscient. J'étais entraîné dans cette spirale d'inconsidération que certains  nourrissent pour les voiliers du même type que les nôtres, qui manquent de stabilité de forme et dont le lest représente environ 50% du déplacement du bateau. N'ayant pas au moins une bonne douzaine de mètres de longueur, un franc-bord démesurément haut, n'étant ni en acier ou de tout autre métal, ou alors, n'ayant pas au moins trois mètres de largeur au tableau arrière ni fabriqué en matériaux composites dernier cri, je restais, au regard de ceux là  un ''trompe la mort'' en puissance.  Comment osais je partir sans enrouleur de génois! J'étais voué à une mort certaine d'épuisement et de froid. Les manoeuvres de voiles d'avant auraient ma peau, c'était sûr... Bien qu'ayant été stoppé dans mon parcours sans aucune autre avarie que la casse de mon régulateur d'allure, (dans une forte tempête  dans le sud de Bonne Espérance qui valut à Weddel, le Maxi de 80 pieds russe  en partance pour la Sydney Hobart et à seulement quelques milles de moi, de se ''mettre sur le toit''),  je n'étais pas forcément le mieux placé pour être, sinon compris, au moins entendu.
Merci Pierrot, tes 221 jours sont,  à mes yeux, une très grande victoire.  La victoire de la réflexion et du bons sens sur les idées reçues, sur la mode et autres concepts qui, en plus d'être onéreux,  me paraissent quelquefois plus étonnants les uns que les autres. Une grande victoire du ''simplement efficace''. C'est la grande victoire d'un bateau, d'un homme... la grande victoire d'un esprit...
Encore bravo Pierrot !
MANU M
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Noah 12/05/2019 18:55

Bravo