Manu et Martin autour du monde

Manu et Martin autour du monde

Au delà de la Longue route, les enfants scrutent l'horizon et se questionnent sur l'avenir de leur planète. A la voile, en solitaire et par les mers du Sud, cette Longue Route a été racontée par des enfants. Le 15 août 2018, Manu, à bord de Martin, son bateau, est parti pour un tour du monde sans escale, en passant par les 3 caps: Bonne Espérance, Leeuwin, le Horn. Mes élèves et moi, Michèle, animons ce blog depuis notre classe de CM2 en Martinique pour  la 3ème année scolaire déjà. Bien que Manu n'ait pas pu bouclé son périple à cause d'une terrible tempête à l'entrée de l'Océan Indien ,  nous continuons ce beau projet collectif; cet espace est avant tout un lieu de découvertes et d'échange autour de la mer, les voyages, la voile, le respect de notre environnement et les aventures de Manu et Martin bien sûr !   A vivre et à faire vivre par tous: enfants, amis, familles,  passionnés de bateaux et  amoureux de notre belle terre... Notre petit travail de colibri est d'essayer de tisser un lien entre les enfants du monde, un lien tissé  des vraies valeurs, que sont le respect de l'autre et de notre planète.

HISTOIRE D'ASTROPLAISANCE...

HISTOIRE D'ASTROPLAISANCE...
Je suis dans le cockpit de Martin, la nuit est belle. Toutes ces étoiles me font rêver...Peut être un jour, dans le futur, nous  baladerons nous en vaisseaux à voile (solaire je pense) au milieu de tous ces astres. Je rêve, je me vois dans un bistrot au fin fond de la galaxie...
 
Des vieux réacteurs des années 3000 décorent l'endroit, quelques vieilleries du genre microcentrales nucléaires monstrueuses, jusqu'à deux kilos quelquefois, pour à peine quelques milliers de gigawatts, sont exposées là pour nous rappeller qu'avant on savait se débrouiller avec pratiquement rien. Bref, le typique décor de ces endroits que l'on rencontre dans toutes les cybermarinas de la galaxie. 
La serveuse s'approche de moi et me demande ce qu'il me plairait de consommer. C'est une androïde. Comme toutes les androïde, elle est somptueusement belle et parle toutes les langues de la galaxie. Quand on s'adresse à elle en français ou en italien, sur sa poitrine s'éclaire un petit badge lumineux sur lequel on peut lire, écrit en rouge et dans les deux langues: ''Te fatigue pas mon pote, je suis un robot''. Je passe la commande. Des gars se racontent à coté de moi:
" Une tempête solaire que je te dis pas!.. Des ondes monstrueuses''.
Puis, à  la barmaid : ''Josette, un cosmoricard et une cybière Espace!''
Plus loin, toujours au bar, on parle anglais. J'écoute un peu... Il est toujours question de ces accords impossibles que les ressortissants de ce pays essaient encore de négocier afin de sortir de l'Union Galactique... Une vieille histoire... 
Juste derriere moi, deux voilonautes discutent : "Salut Jean-Pierre, t'as pas les dernières cartes CM STELAR 93? Parce que j'ai pas la passe sud des anneaux de Saturne, et il paraît qu'il y a deux ou trois astéroïdes vicelards au milieu. Déja la dèrnière fois avec Solange, on s'est fait peur, sur Rigel, avec le magnétovortex du cap Srgulb''.
 Flapflap  flap!!!... Un poisson volant atterrit sur le pont. Je me réveille, je le remets à l'eau ... Tout va bien...  Nous sommes en 2019... Et je suis toujours sur la planète Terre.
MANU M le 25/05/2019

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kancho 06/06/2019 23:58

super manu

Hélène 06/06/2019 04:54

Manu si je savais dessiner j'adorerais illustrer ton texte, ça m'a fait penser à Cosmik Roger, mais MoCDM lui il sait dessiner, moi pas alors je me contente d'imaginer. J'adore "laisse tomber mon pote je suis un robot" ça m'a bien fait rigoler.