Manu et Martin autour du monde

Manu et Martin autour du monde

Au delà de la Longue route, les enfants scrutent l'horizon et se questionnent sur l'avenir de leur planète. A la voile, en solitaire et par les mers du Sud, cette Longue Route a été racontée par des enfants. Le 15 août 2018, Manu, à bord de Martin, son bateau, est parti pour un tour du monde sans escale, en passant par les 3 caps: Bonne Espérance, Leeuwin, le Horn. Mes élèves et moi, Michèle, animons ce blog depuis notre classe de CM2 en Martinique pour  la 3ème année scolaire déjà. Bien que Manu n'ait pas pu bouclé son périple à cause d'une terrible tempête à l'entrée de l'Océan Indien ,  nous continuons ce beau projet collectif; cet espace est avant tout un lieu de découvertes et d'échange autour de la mer, les voyages, la voile, le respect de notre environnement et les aventures de Manu et Martin bien sûr !   A vivre et à faire vivre par tous: enfants, amis, familles,  passionnés de bateaux et  amoureux de notre belle terre... Notre petit travail de colibri est d'essayer de tisser un lien entre les enfants du monde, un lien tissé  des vraies valeurs, que sont le respect de l'autre et de notre planète.

Damien Chevallier et le recensement des tortues par NORA

Damien Chevallier et le recensement des tortues par NORA
 

Damien Chevallier est un chercheur du CNRS. Toute cette semaine d’octobre, avec deux autres chercheuses, il a fait un recensement de tortues. Ce mardi 22 octobre, ça avait lieu à Grande Anse pour le public et nous y avons assister.

 

LA CAPTURE

Les apnéistes plongent pour attraper les tortues. Ils se laissent porter par la tortue qui doit remonter à la surface pour respirer. A ce moment là, des personnes sur des bateaux à moteur les attrapent et les apportent sur la plage.

Damien Chevallier et le recensement des tortues par NORA

LES MESURES

D’abord Damien pèse la tortue dans un hamac accroché à une balance.

Damien Chevallier et le recensement des tortues par NORA

Ensuite il l’apporte dans un bac. Il passe une sorte de machine sur sa carapace pour savoir s’il la connaisse. C’est à dire, si la tortue a déjà sur elle un « transpondeur ». De la taille d’un grain de riz, c’est une puce électronique comme celle des chats et des chiens. C’est comme une carte d’identité. Grace à ce transpondeur on connaît par exemple le poids qu’elle faisait l’année dernière.

Ils la mesurent et font aussi des « biopsies » : ils prennent un petit bout de carapace pour faire des analyses. Damien nous a dit que ça faisait comme si on nous coupait un ongle.

Damien Chevallier et le recensement des tortues par NORA

Enfin, ils font aussi des photos de sa tête. Leurs taches sont propres à chacune d’elle.

Damien Chevallier et le recensement des tortues par NORA
Damien Chevallier et le recensement des tortues par NORA

Toutes les tortues étaient des tortues vertes. Elles viennent passer leur adolescence en Martinique.

Ici Damien explique comment reconnaître trois espèces de tortues :

 

 

 
Damien Chevallier et le recensement des tortues par NORA

LES MENACES

Damien et les scientifiques ont découvert que les tortues étaient fidèles à un site. Elles peuvent rester 10 ans dans la même anse. Ca peut être inquiétant si le milieu naturel se dégrade. Or il y a un problème avec les herbiers, il l’explique ici :

Voici l’herbier en question :

 

l’Halophila stipulacea

l’Halophila stipulacea

Damien Chevallier et le recensement des tortues par NORA

Et voici les herbiers locaux :

Syringodium filiforme (l’herbe à Lamentin)

Syringodium filiforme (l’herbe à Lamentin)

Thalassia testudinum (l’herbe à tortues)

Thalassia testudinum (l’herbe à tortues)

Il nous a expliqué que les bateaux abimaient avec leur ancre les herbiers. Et l’espèce invasive repousse plus vite que les autres donc commencent à prendre le dessus sur les espèces locales. Ca nous a fait réfléchir parce que, souvent, il arrive qu’on mouille sur des herbiers, et on n’aime pas l’idée de faire du mal aux tortues. J’ai remarqué que tout le monde aiment les tortues!

Damien nous explique ici comment il fait pour protéger les tortues :

Je pense que ce qu’il fait est très important et j’espère que c’est efficace. J’ai aussi demandé à Damien pourquoi ils écrivaient des numéros à la peinture blanche sur les tortues :

Damien Chevallier et le recensement des tortues par NORA

Il m’a répondu que c’était pour éviter aux apnéistes de repêcher les mêmes tortues. Pour ne pas les embêter deux fois dans la même semaine. C’est une peinture qui est éphémère et qui s’efface une semaine plus tard. A la fin de ce recensement, Damien m’a dit qu’il se ferait tirer par un zodiac dans toutes ces anses en traçant des chemins imaginaires pour compter les tortues.

Pour aller plus loin:

La page Facebook de Damien Chevallier

L’association Poemm:

Et l'article "portait de Damien", que les élèves de la maîtresse avaient réalisé, il y a 2 ans.

Rédigé par Nora et publié par Généva, Laetitia et Lissa.

Damien Chevallier et le recensement des tortues par NORA
Damien Chevallier et le recensement des tortues par NORADamien Chevallier et le recensement des tortues par NORADamien Chevallier et le recensement des tortues par NORA
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laetitia 19/11/2019 21:43

Son articles est vraiment super!!!!!!