Manu et Martin autour du monde

Manu et Martin autour du monde

Au delà de la Longue route, les enfants scrutent l'horizon et se questionnent sur l'avenir de leur planète. A la voile, en solitaire et par les mers du Sud, cette Longue Route a été racontée par des enfants. Le 15 août 2018, Manu, à bord de Martin, son bateau, est parti pour un tour du monde sans escale, en passant par les 3 caps: Bonne Espérance, Leeuwin, le Horn. Mes élèves et moi, Michèle, animons ce blog depuis notre classe de CM2 en Martinique pour  la 3ème année scolaire déjà. Bien que Manu n'ait pas pu bouclé son périple à cause d'une terrible tempête à l'entrée de l'Océan Indien ,  nous continuons ce beau projet collectif; cet espace est avant tout un lieu de découvertes et d'échange autour de la mer, les voyages, la voile, le respect de notre environnement et les aventures de Manu et Martin bien sûr !   A vivre et à faire vivre par tous: enfants, amis, familles,  passionnés de bateaux et  amoureux de notre belle terre... Notre petit travail de colibri est d'essayer de tisser un lien entre les enfants du monde, un lien tissé  des vraies valeurs, que sont le respect de l'autre et de notre planète.

LES RÊVES ONT LA PEAU DURE

LES RÊVES ONT LA PEAU DURE

Une ambiance de déménagement flotte dans Martin. Pour lui, l'heure de la relève approche. Tout son équipement doit quitter le bord; je vais, très bientôt, aller chercher son successeur en métropole.

L'hiver dernier, Fabrice est parti de France pour traverser l'Atlantique. A quelques quatre cents milles de l'arrivée, son mât est tombé; une cadène s'est arrachée sans prévenir, elle n'était mystérieusement tenue que par l'épaisseur de la première peau du pont! Vice indécelable avant le grand départ. Deux ans de préparation et tout un projet de voyage rejoignaient le fond de l'océan en quelques minutes. Quelqu'un de peu scrupuleux lui avait volé son rêve... Nous avons décidé avec Michèle, Fabrice ayant tout son matériel (sécurité, électronique, panneaux solaires, survie, table de cuisson, etc…), que nous récupérerions tout celui de Martin, afin que l'infortuné navigateur puisse continuer son voyage; cela ne lui coûterait qu'une petite participation à la mise en route du nouveau Martin, et l'obligation de changer les couleurs et le nom du bateau qu'il récupère . Ainsi, dès mon retour avec le successeur du «bateau poisson clown», Fabrice pourra intégrer son nouveau voilier, et continuer sur la route de ses rêves. "Martin, l’ancien" lui, continuera son beau travail... Celui de baguette magique qui peut réaliser les rêves de celui qui sait aller les chercher.

MANU M le 2/11/2019

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article