Manu et Martin autour du monde

Manu et Martin autour du monde

Au delà de la Longue route, les enfants scrutent l'horizon et se questionnent sur l'avenir de leur planète. A la voile, en solitaire et par les mers du Sud, cette Longue Route a été racontée par des enfants. Le 15 août 2018, Manu, à bord de Martin, son bateau, est parti pour un tour du monde sans escale, en passant par les 3 caps: Bonne Espérance, Leeuwin, le Horn. Mes élèves et moi, Michèle, animons ce blog depuis notre classe de CM2 en Martinique pour  la 3ème année scolaire déjà. Bien que Manu n'ait pas pu bouclé son périple à cause d'une terrible tempête à l'entrée de l'Océan Indien ,  nous continuons ce beau projet collectif; cet espace est avant tout un lieu de découvertes et d'échange autour de la mer, les voyages, la voile, le respect de notre environnement et les aventures de Manu et Martin bien sûr !   A vivre et à faire vivre par tous: enfants, amis, familles,  passionnés de bateaux et  amoureux de notre belle terre... Notre petit travail de colibri est d'essayer de tisser un lien entre les enfants du monde, un lien tissé  des vraies valeurs, que sont le respect de l'autre et de notre planète.

AU BOUT DU MONDE

AU BOUT DU MONDE

AU BOUT DU MONDE, LE 12 12 2019
Les amarres couinent sous les terribles assauts du vent. La pluie ''fait des claquettes'' sur le pont. Dans les enceintes de la  stéréo, Nougaro raconte en musique la belle ville rose qui, dans ma tête, semble se bercer au gré du bateau qui roule. Les haubans crient comme pour un rappel de l'artiste... Mais le mauvais temps occupe toute la scène et me confine dans le ventre du gros ketch dans lequel je loge: la journée sera stérile, aujourd'hui le chantier n'avancera pas... J'en profite pour organiser la suite du programme.
Les travaux se sont organisés par ordre de priorité et non pas par bon sens. C'est ainsi que j'ai commencé par la peinture de la coque et le traitement provisoire des parties immergée, un sablage et un DoxAnode  seront faits plus tard . Je vais maintenant, puisque j'en ai le temps, attaquer le pont. La logique eût voulu que je commence par lui, mais il était impératif que Martin puisse aller à l'eau avant le 20 décembre. Le pont, lui, peut être fini à flot, ou même en Martinique. Tout (j'espère) le matériel est là, batteries, peintures etc...il ne manque que les panneaux solaires, le petit portique qui les supportera, et, ma décision est prise, une grand voile, quatre ris en 400grs que Vega Voile du Grau Du Roi doit me confectionner; je tiens à pouvoir facilement affaler la GV au portant, et ce, quelles que soient les conditions de vent. Par confort technique et logistique le bateau sera démâté à Canet en Roussillon, chez Albert: Espace Voile, où tout le haubanage sera changé, et où je pourrai gracieusement déposer  le mât pour  entièrement le  réviser. Tout cela nous amènera aux alentours du 15 janvier. Date autour de laquelle nous partirons le plus directement possible vers la Martinique. Si quelques arrêts  risquent d'être obligatoires avant Gibraltar, la traversée Gibraltar la Martinique devrait être faite en une seule étape, et, pour ce faire, un équipier de choix devrait m'accompagner:mon petit fils Ismaël. Il va falloir aviser pour l'avitaillement, car le lascar a 20 ans et est taillé comme une armoire à glace... Je doute que du riz et quelques graines germées suffisent pour calmer son appétit.
MANU M

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Flora 06/01/2020 08:47

Quel beau programme ! j'ai tout lu des derniers billets postés par Michèle, mais je ne ferai qu'un seul commentaire : le look du Martin Nouveau est très réussi... il ne peut que bien marcher !
;-)