Manu et Martin autour du monde

Manu et Martin autour du monde

Au delà de la Longue route, les enfants scrutent l'horizon et se questionnent sur l'avenir de leur planète. A la voile, en solitaire et par les mers du Sud, cette Longue Route a été racontée par des enfants. Le 15 août 2018, Manu, à bord de Martin, son bateau, est parti pour un tour du monde sans escale, en passant par les 3 caps: Bonne Espérance, Leeuwin, le Horn. Mes élèves et moi, Michèle, animons ce blog depuis notre classe de CM2 en Martinique pour  la 3ème année scolaire déjà. Bien que Manu n'ait pas pu bouclé son périple à cause d'une terrible tempête à l'entrée de l'Océan Indien ,  nous continuons ce beau projet collectif; cet espace est avant tout un lieu de découvertes et d'échange autour de la mer, les voyages, la voile, le respect de notre environnement et les aventures de Manu et Martin bien sûr !   A vivre et à faire vivre par tous: enfants, amis, familles,  passionnés de bateaux et  amoureux de notre belle terre... Notre petit travail de colibri est d'essayer de tisser un lien entre les enfants du monde, un lien tissé  des vraies valeurs, que sont le respect de l'autre et de notre planète.

EGO QUAND TU NOUS TIENS...

EGO QUAND TU NOUS TIENS...

Martin descend... descend...

Dans ses sangles on le croirait dans les bras de sa nounou, une grosse nounou toute bleue qui n'est autre que la grue (travel lift) du port. La quille se mouille enfin, puis, le retour de galbord, la coque suit... La flottaison approche. Je sais qu'il va s'y s'arrêter, mais chaque fois, j'imagine le bateau continuant  à descendre dans ses sangles, sans flotter,  jusqu’à ce que sa quille touche le fond... Ce vieux cauchemar me hante chaque fois que je mets un bateau à l'eau. Les solides ceintures textiles se détendent, ça flotte, comme prévu! J'émerge de mon drame imaginaire; il faut maintenant contrôler toutes les vannes, on ne sait jamais, et amarrer le bateau. C'est à présent au moteur de parler... Il dit oui tout de suite et ronronne mieux qu'espéré. La grosse machine libère Martin; marche avant, pour l'instant ''tout baigne''. J'accélère un peu, histoire de mesurer les réaction du navire: c'est vif! Cela n'est pas pour me déplaire. J'aime un peu moins quand je m’aperçois que la commande est coincée et qu'il m'est impossible de débrayer ou de faire marche arrière. Sur le quai c'est le grand silence: tout le monde a compris. Il va falloir faire quelque chose, le caractère urgent de la situation saute aux yeux; j'aperçois en face, quelques navires dans lesquels mon solide ''bout dehors'', en alu épais lui aussi, pourrait bien faire quelques petits trous. Restons calme! Je décide d'adopter l'attitude du skipper ''blindé'' que rien ne peut prendre au dépourvu, en fait je n'en mène pas large... mais c'est quand même l'air dégagé et en fredonnant un  petit air; - en l'occurrence ''le poinçonneur des lilas'' me semble être de circonstance: ''des p'tits trous des p'tits trous, encore des p'tits trous''-     J'insiste sur la manette... crac!.. Nous voila maintenant en marche arrière... Une petite allusion à cette matière dite fécale et qui est la plus part du temps issue de la nourriture que, journalièrement nous ingérons, m'échappe. La situation vient de s'inverser, et il semblerait bien que désormais ''les p'tis trous'' risquent d'être pour nous. La commande, communément appelée Morse, n'a pas l'air de vouloir partager ce moment émouvant qu'est la mise à l'eau de Martin. Heureusement le bateau réagit bien en marche arrière, et je pourrai regagner la darse de laquelle je venais à peine de m'échapper. Imperceptiblement mes jambes tremblent encore, et une énorme envie de faire pipi tracasse ma vessie... Une voix m'arrive du quai :  
   -- Bravo capitaine!    
   -- Bof... ça arrive, je lui réponds de l'air blasé de celui à qui aucune situation n'échappe. Pourtant, s'il savait...
   Ego, quand tu nous tiens...
MANU M le 28 décembre 2019

EGO QUAND TU NOUS TIENS...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Geneva 28/12/2019 22:18

Magnifique article et bravo pour Martin il est super beau sur l'eau.