Manu et Martin autour du monde

Manu et Martin autour du monde

Au delà de la Longue route, les enfants scrutent l'horizon et se questionnent sur l'avenir de leur planète. A la voile, en solitaire et par les mers du Sud, cette Longue Route a été racontée par des enfants. Le 15 août 2018, Manu, à bord de Martin, son bateau, est parti pour un tour du monde sans escale, en passant par les 3 caps: Bonne Espérance, Leeuwin, le Horn. Mes élèves et moi, Michèle, animons ce blog depuis notre classe de CM2 en Martinique pour  la 3ème année scolaire déjà. Bien que Manu n'ait pas pu bouclé son périple à cause d'une terrible tempête à l'entrée de l'Océan Indien ,  nous continuons ce beau projet collectif; cet espace est avant tout un lieu de découvertes et d'échange autour de la mer, les voyages, la voile, le respect de notre environnement et les aventures de Manu et Martin bien sûr !   A vivre et à faire vivre par tous: enfants, amis, familles,  passionnés de bateaux et  amoureux de notre belle terre... Notre petit travail de colibri est d'essayer de tisser un lien entre les enfants du monde, un lien tissé  des vraies valeurs, que sont le respect de l'autre et de notre planète.

DÉPART À LONG TERME...

DÉPART À LONG TERME...

DU DÉPART À LONG TERME...
Dans la série "Discussions de pontons".

- On se prépare à partir on dirait?
L'homme m'interpelle depuis le ponton.
- Il faut bien, répondis-je distraitement en continuant à lutter contre cette goupille de ridoir récalcitrante, qui, je le sens bien, dans quelques minutes va m'écorcher l'index tribord dont j'ai énormément besoin ces jours ci.
- Et vous allez où?
- Martinique, je vais en Martinique.
 La goupille veut bien tourner, mais ma pince glisse à tous les coups.
 - Je suis aussi sur le départ et je peux vous dire que pour réussir son voyage, il faut bien se préparer; moi qui vous parle, cela fait quatorze ans que je prépare mon bateau et je ne suis pas au bout, loin s'en faut. Figurez-vous que je viens de m'apercevoir que la porte de ma cabine avant ouvre du mauvais côté, et, évidemment, elle vient taper la télé, un bel écran de 80 cm, je suis vraiment embêté. Déjà que je n'arrive pas à trouver une bonne antenne...
- Changez la télé de place, lui lançais-je, un peu sèchement, je l'avoue.
Ma pince ne glisse plus, mais la goupille n'est pas assez droite pour sortir. J'étouffe un juron.  
- C'est pas possible, y'a le micro-onde.
Je lève les yeux pour voir l'individu.
- Le micro-onde, quoi... me confirme-t-il.
Puis, croyant déceler quelconques lueurs interrogatives dans mon regard, il m'indique:
- C'est le voilier bleu là bas, au ponton du fond; c'est mon douzième bateau. Quand on aime , on ne compte pas..., me dit-il en clignant un œil complice. ''Oui celui avec le pavillon de "La confrérie des grands préparateurs au long cours''... Là-bas oui, c'est ça, le pavillon avec une grosse prise de quai dessinée dessus; c'est notre emblème.  Au niveau sécurité j'ai pas hésité: une centrale de nav ''Smith et Wesson'' a double phases inversées et palpeur extrasensoriel d’hyperboles convexes à  ondes courtes et variation controlée, le tout interfacé avec la météo de Melbourne et la pression de l'eau dans les toilettes... Exit l'imprévu! En rentrant les ''woueilles pontes'' (on est dans le sud de la France), on peut, à  condition de les tenir par satellite et en temps réel, indexés au tiers de la valeur du taux de croissance mensuel du Burkina Faso, on peut disais je,  espérer une navigation au centimètre près...ha non... Le hasard et l'impondérable n'ont pas de place dans mon programme!   Et tout ça pour un prix canon; si je vous dis que j' en ai eu seulement pour 34000€... Ça vous en bouche un coin!  Encore quatre ou cinq ans et je serai prêt.
   La goupille se dégage brusquement de son logement en m'arrachant un bon morceau de l'index gauche.
   -Et merde..! lâchais je dans la douleur.
   -Je savais bien que ça vous en boucherait un coin. Passez me voir au bateau, me confia-t- il, chuchotant presque,  je vous donnerais le plan. Vous pouvez pas vous tromper, vous demandez Polo, ça fait vingt cinq ans que je suis  à  la même place...
MANU M                  Argelès, le 25 janvier 2020

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Flora 27/01/2020 10:42

Salut Manu,
Tu as réussi à me faire bien rigoler... merci j'en avais besoin ce lundi matin sous la grisaille !

Ambre 26/01/2020 19:16

Manu tu lui a déjà mie les yeux je ne l'ai vois pas☺!?