Manu et Martin autour du monde

Manu et Martin autour du monde

Au delà de la Longue route, les enfants scrutent l'horizon et se questionnent sur l'avenir de leur planète. A la voile, en solitaire et par les mers du Sud, cette Longue Route a été racontée par des enfants. Le 15 août 2018, Manu, à bord de Martin, son bateau, est parti pour un tour du monde sans escale, en passant par les 3 caps: Bonne Espérance, Leeuwin, le Horn. Mes élèves et moi, Michèle, animons ce blog depuis notre classe de CM2 en Martinique pour  la 3ème année scolaire déjà. Bien que Manu n'ait pas pu bouclé son périple à cause d'une terrible tempête à l'entrée de l'Océan Indien ,  nous continuons ce beau projet collectif; cet espace est avant tout un lieu de découvertes et d'échange autour de la mer, les voyages, la voile, le respect de notre environnement et les aventures de Manu et Martin bien sûr !   A vivre et à faire vivre par tous: enfants, amis, familles,  passionnés de bateaux et  amoureux de notre belle terre... Notre petit travail de colibri est d'essayer de tisser un lien entre les enfants du monde, un lien tissé  des vraies valeurs, que sont le respect de l'autre et de notre planète.

Manu, Martin, Michèle et les enfants autour du monde

Manu, Martin, Michèle et les enfants autour du monde

Au mois de juin 2016 je décidai de participer à la Longue Route 2018. Michèle, rencontrée quelques mois plus tôt, en institutrice passionnée ne pouvait laisser passer une telle occasion:

-- Nous pourrions te suivre avec ma classe, nous ferions un blog, j'ai plein d'idées.

J'avais déjà remarqué que les idées ne lui manquaient pas et la perspective de gérer une quelconque communication tout en m'occupant de la préparation d'un tel projet me faisait, je l'avoue, un peu peur.

-- Pourquoi un blog? Faites le blog de ma Longue Route.

Sans le savoir, je venais de prononcer la formule magique. Alors elle me prit doucement par la main, un index barrant sa bouche pour m'inciter au silence, et m’entraîna sur ce chemin secret, qu'elle seule connaît et qui mène au monde merveilleux des enfants. Je n'en reviendrai plus.

Je les rencontrais régulièrement dans la classe, le lien se tissait, ils devenaient l'âme du projet. La Longue Route 2018 prenait tous son sens; le travail des enfants aussi. Leurs mots ne mourraient plus étouffés entre les pages d'un cahier au fond d'un casier oublié. Il me fallait, à la fin de l’hiver, ramener Martin en métropole, sa préparation y serait plus aisée. Les enfants suivraient ma traversée puis les travaux de la fastidieuse préparation. Une très grande partie de leur programme rebondirait sur le projet.

Une véritable synergie s'installait, Ensemble devenait notre devise...la Super Team était née.

Puis vint la Longue Route. Une navigation sans problème. La tempête tropicale Florence fut relativement tranquille, une espèce de mise en jambes avant l'hémisphère sud. Je passai Bonne Espérance péniblement dans des vents contraires, souvent faibles, et agrémentés de courants capricieux. Un petit coup de vent de secteur Est m'obligea à faire le dos rond quelques heures puis je piquai vers le sud.

Mais le monstre guettait, et ne cessait de grossir. Quand il nous rattrapa, car nous étions trois bateaux dans les parages, Andréa Fafani sur Tati son Marques 47 pas mal plus au nord, et Weddl un Maxi russe de 80 pieds, à quelques milles de moi, qui rejoignait l'Australie pour prendre le départ de la fameuse Sydney- Hobbart, nous étions au plus mauvais endroit. Le vent s'établit pendant une dizaine d'heures à quatre-vingt nœuds, la mer, sous l'emprise de ces deux gros courants (Mozambique et Antarctique) qui se contrariaient était devenue folle, frappant de tous les côtés à la fois. Il n'y eut pas de quartiers. Tati dut retourner à Cape Town, système de barre rompu, éolienne et panneaux solaires arrachés, Weddl chavira complètement, fort heureusement sans démâter, mais c'est en piètre état qu'il dut regagner Cap Town. Deux sérieux ''knock down'' eurent raison de mon régulateur d'allure. Je terminai comme les copains à Cap Town. Ne pouvant réparer sérieusement, et n'ayant pas les moyens de changer la mécanique défectueuse, l'âme en peine, je remontais, un mois plus tard, vers la Martinique. Triste, mais content à la fois, la préparation du bateau, un Kirk de chez Amel,  était vraiment à la hauteur; pas une seule avarie, pas d'eau à l'intérieur, aucun désordre, juste la quasi destruction de cet appareil dont je ne maîtrisais pas la facture.

Pour autant le blog n'allait pas mourir. La rencontre de bateaux voyageant avec des enfants (les Profité, les Mamarossa...) relançait l'affaire. Les enfants de la classe communiqueraient avec les « enfants voyageurs », ils se rencontreraient même. Des adultes rejoignaient la Super Team.

L'histoire évoluait, s'enrichissait, se façonnait d'elle même. Aujourd'hui ce blog réunit beaucoup de monde éparpillé autour de notre belle planète et tout ce petit monde est plein d'énergie, de joie et d'envie de faire. Michèle termine sa dernière année scolaire (sniff...) et nous partons, dès que les circonstances actuelles le permettront, vers la Polynésie, puis probablement l'Alaska, à la rencontre des enfants , des différentes écoles. A bord d'un nouveau bateau, d'un nouveau Martin,  un Fréquence Jazz de chez Méta.

La Super Team continue, grandit, grossit, la magie, la bienveillance et le sourire des enfants en sont le carburant.

Nous remercions nos indéfectibles sponsors qui sont: notre belle planète, pour ses océans et ses endroits magnifiques, le vent qui la caresse et nous emmène, et le sourire de tous les enfants de la terre qui sauront, sans aucun doute, préserver ce joyau, en faire un monde meilleur, un monde plus juste.

Manu le 3 mai 2020

PS Vu le contexte actuel, Manu ne traversera pas cette saison avec Martin (le nouveau bateau poisson clown). Il nous rejoindra dès que possible en Martinique par avion, pour clôturer l'année et saluer son vieil ami Martin l'Ancien, toujours à Grande Anseavant que celui ne s'en aille vers de nouveaux horizons.

Michèle 

Manu, Martin, Michèle et les enfants autour du monde
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

larcher 15/05/2020 19:06

SUPER INTERRESSANT IL N'Y A QUE DU BONHEUR AUTOUR DE MARTIN . MANU N'EST PAS OUBLIE BIEN SURE