Manu et Martin autour du monde

Manu et Martin autour du monde

Au delà de la Longue route, les enfants scrutent l'horizon et se questionnent sur l'avenir de leur planète. A la voile, en solitaire et par les mers du Sud, cette Longue Route a été racontée par des enfants. Le 15 août 2018, Manu, à bord de Martin, son bateau, est parti pour un tour du monde sans escale, en passant par les 3 caps: Bonne Espérance, Leeuwin, le Horn. Mes élèves et moi, Michèle, animons ce blog depuis notre classe de CM2 en Martinique pour  la 3ème année scolaire déjà. Bien que Manu n'ait pas pu bouclé son périple à cause d'une terrible tempête à l'entrée de l'Océan Indien ,  nous continuons ce beau projet collectif; cet espace est avant tout un lieu de découvertes et d'échange autour de la mer, les voyages, la voile, le respect de notre environnement et les aventures de Manu et Martin bien sûr !   A vivre et à faire vivre par tous: enfants, amis, familles,  passionnés de bateaux et  amoureux de notre belle terre... Notre petit travail de colibri est d'essayer de tisser un lien entre les enfants du monde, un lien tissé  des vraies valeurs, que sont le respect de l'autre et de notre planète.

L'Île Fourchue par Emma d'Anemo

L'Île Fourchue par Emma d'Anemo

Voici des nouvelles d'Emma du catamaran Anemo, qui nous raconte ici sa découverte et son escale dans l'île Fourchue, tout près de Saint Barthélemy. 

Île Fourchue, Saint-Barthélemy

Avec d’autres bateaux copains, nous sommes allés pendant une semaine sur une petite île déserte qui s’appelle l’île Fourchue. L’île Fourchue est une île française située entre St-Barthélémy et St-Martin (l’île appartient à St-Barthélémy).

On met environ trente minutes à y aller de St-Barth, ce n’est pas très long mais parfois, il peut y avoir pas mal de houle. L’île est une propriété privée mais le propriétaire autorise la visite.

Il est possible de se mettre à l’ancre, il n’y a plus trop des bouées. La pêche est autorisée mais seulement  à la dérive.
Là-bas, nous avons rencontré d’autres bateaux qui avaient passé leur confinement sur cette île et qui avaient installé un petit campement près de la plage avec table, banc, barbecue, hamacs

L'Île Fourchue par Emma d'Anemo

Le soir, nous faisions des barbecues dans le campement (chamallows grillés, camembert fondu, petits pains au chocolat, …) et certains soirs nous avons pu dormir dans les hamacs. Parfois avant de dormir, il a plu et nous avons dû rentrer au bateau.
Comme dans le bateau nous avons eu des cocos qui ont germées, nous avons décidé de les planter près du campement pour qu’il y ait plus d’arbres. On espère qu’elles vont réussir à pousser parce qu’ici c’est très sec.
Il y a pas mal de balades à faire mais il n’y a pas trop de chemins et il faut prendre de bonnes chaussures pour ne pas se faire piquer les pieds. Ici c’est le paradis pour les cactus « tête à l’anglais » qui sont protégés dans les Caraïbes car il n’y en a plus beaucoup.

Le plus haut sommet de l’île fait 104 m.

L'Île Fourchue par Emma d'Anemo

Un matin, nous sommes allés sur la côte au vent pour prendre des bois flottés ramenés par la mer pour améliorer le campement. Les garçons ont même porté un énorme tronc pour faire un grand banc !

L'Île Fourchue par Emma d'Anemo
L'Île Fourchue par Emma d'Anemo
L'Île Fourchue par Emma d'Anemo

Les autres articles d'Emma 

Article rédigé par Emma et par Lissa et Norah

L'Île Fourchue par Emma d'Anemo
L'Île Fourchue par Emma d'AnemoL'Île Fourchue par Emma d'Anemo
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Daniel PAGES 20/07/2020 19:23

Super, Emma. Je n'avais jamais entendu parler de cette île ! J'espère que les cocos vont pousser, ça a l'ait bien aride ! Il faudra revenir dans quelques années pour voir ça !
Merci pour ce beau reportage !