Manu et Martin autour du monde

Manu et Martin autour du monde

Au delà de la Longue route, les enfants scrutent l'horizon et se questionnent sur l'avenir de leur planète. A la voile, en solitaire et par les mers du Sud, cette Longue Route a été racontée par des enfants. Le 15 août 2018, Manu, à bord de Martin, son bateau, est parti pour un tour du monde sans escale, en passant par les 3 caps: Bonne Espérance, Leeuwin, le Horn. Mes élèves et moi, Michèle, animons ce blog depuis notre classe de CM2 en Martinique pour  la 3ème année scolaire déjà. Bien que Manu n'ait pas pu bouclé son périple à cause d'une terrible tempête à l'entrée de l'Océan Indien ,  nous continuons ce beau projet collectif; cet espace est avant tout un lieu de découvertes et d'échange autour de la mer, les voyages, la voile, le respect de notre environnement et les aventures de Manu et Martin bien sûr !   A vivre et à faire vivre par tous: enfants, amis, familles,  passionnés de bateaux et  amoureux de notre belle terre... Notre petit travail de colibri est d'essayer de tisser un lien entre les enfants du monde, un lien tissé  des vraies valeurs, que sont le respect de l'autre et de notre planète.

BIENTÔT LIBRES!

 BIENTÔT LIBRES!

Demain on part! La brise tourne, l'Est s'installe. Nous allons pouvoir nous échapper... Bientôt libres! Cette Méditerranée est un vraie piège, les grands bords à la voile y sont rares pour ne pas dire inexistants, et quand il y a du vent, c'est trop. Une bonne route de plus ou moins six cent milles va nous faire du bien. Ce sera notre première vraie rencontre avec Martin.

C'est au fil de navigations un peu longues que l'on découvre vraiment son bateau, au fil des milles et des manœuvres qu'il s’épanouit, qu'il livre ses petits secrets. Ses petits défauts vont apparaître, dissimulés qu'ils étaient par la brièveté des navigations à la voile, des qualités vont s'affirmer. Alors que certains doutes vont naître, d'autres vont se dissiper. Le couple n'est pas encore ''fait'', seule la passion pour l'instant unit le skipper et son navire. La véritable histoire d'amour reste à construire. Elle va se construire à coup de petits détails qui vont faire évoluer le bateau. Plus de ralingue de GV qui se coince sous un taquet de mât lorsque l'on relâche un ris au portant dans la brise, foin de drisse entortillée dans les poulies voisines alors que l'on est à genoux sur la plage avant pour affaler le solent dans la brise forcissante. La danse peut enfin commencer, les manœuvres deviennent élégantes, donc rapides et efficaces, le tempo du bateau est suivi, monture et cavalier ne font plus qu'un. La fusion naît, le navire prend sa place dans le cœur du capitaine. Alors le voilier se pose tout doucement dans l'âme de son ami... C'est le début d'une grande histoire d'amour.

MANU le 6 octobre 2020, depuis Gibraltar 

 BIENTÔT LIBRES!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jean marc 11/10/2020 09:39

Les anciens capitaines du bateau vous souhaite de bonnes et belles navigations. Amitiés, Sylvie et Jean-Marc.