Manu et Martin autour du monde

Manu et Martin autour du monde

Au delà de la Longue route, les enfants scrutent l'horizon et se questionnent sur l'avenir de leur planète. A la voile, en solitaire et par les mers du Sud, cette Longue Route a été racontée par des enfants. Le 15 août 2018, Manu, à bord de Martin, son bateau, est parti pour un tour du monde sans escale, en passant par les 3 caps: Bonne Espérance, Leeuwin, le Horn. Mes élèves et moi, Michèle, animons ce blog depuis notre classe de CM2 en Martinique pour  la 3ème année scolaire déjà. Bien que Manu n'ait pas pu bouclé son périple à cause d'une terrible tempête à l'entrée de l'Océan Indien ,  nous continuons ce beau projet collectif; cet espace est avant tout un lieu de découvertes et d'échange autour de la mer, les voyages, la voile, le respect de notre environnement et les aventures de Manu et Martin bien sûr !   A vivre et à faire vivre par tous: enfants, amis, familles,  passionnés de bateaux et  amoureux de notre belle terre... Notre petit travail de colibri est d'essayer de tisser un lien entre les enfants du monde, un lien tissé  des vraies valeurs, que sont le respect de l'autre et de notre planète.

GRAND BORD VERS LES CANARIES...

GRAND BORD VERS LES CANARIES...

Quarante huit heures que nous avons quitté Gibraltar. C'est ''mou'', quatre vingt douze mille au compteur le premier jour, cent cinq le deuxième. Maintenant la brise est là, une bonne vingtaine de nœuds nous pousse au vent arrière. Deux ris dans la grand voile - sur quatre qui la fractionnent-  plus le génois tangonné nous entraînent à une vitesse moyenne de cinq nœuds. Pourtant je ne suis pas trop content, j'ai l'impression de ''gaspiller'' du vent... Si j'avais des trinquettes jumelles... Elles me manquent cruellement et le risque de l’empannage dans cette houle un peu désordonnée limite mon envie de tirer sur la bête. La journée s'écoule, mon insatisfaction s'installe. Quinze heure,  j'en ai marre, j'empanne le génois, on continuera au grand largue, cela ne fait rien, entre quinze et vingt pour cent de route en plus, on les récupérera sûrement en vitesse et surtout en tranquillité. Là, transformation totale du bateau, il reprend vie, six, sept...huit nœuds. Martin s'amuse dans les vagues, il glisse, glisse, en écoutant bien le bruit de l'étrave je l'entends rire aux éclats... six, sept, huit, neuf... une vraie luge, quel régal! En toute sécurité, accroché à ses deux safrans il est sur un rail, la barre est douce et reste dans l'axe, aucun angle de barre pour le maintenir sur son cap, le régulateur d'allure bosse à ''temps partiel''. Durant son quart de nuit, Michelle enregistrera le surf record de la traversée: 10,2 nœuds... je dormais sur mes deux oreilles. Ces performances ne sont certes pas celles d'un bateau de régate, on est loin de l'Imoca, nous sommes sur un voilier de voyage, mais elles font de lui un bateau rigolo, un bateau joyeux. Dans le texte précédant j'évoquais la Méditerranée et le fait que je m'y sentais à l'étroit. J'y suis né, elle coule dans mes veines, c'est ma mer. J'y ai navigué des années durant, j'y ai travaillé comme skipper plus de dix ans dans le bassin occidental, entre six et huit mille milles par ans. De la tramontane et du mistral j'en ai respiré, des grandes pétoles et des journées de moteurs aussi, je l'aime viscéralement. Mais elle ne peut pas m'offrir des bords de plusieurs centaines de milles au portant dans une brise relativement puissante et régulière...et j'aime ça.

''La plus belle femme du monde ne peut donner que ce qu'elle a''

MANU LE 19 OCTOBRE 2020

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

RUIZ Bernard 08/11/2020 10:58

Salut cousin,
Cette fois-ci , tu n'est pas seul...et cela doit être bien agréable de pouvoir dormir
en sécurité avec une Michelle qui assure.
Régalez-vous bien aux Iles du cap Vert !!
De notre coté ,on attend le déconfinement pour pouvoir visiter Equateur & Galapagos.
Je continuerai à suivre votre périple
Bonne navigation à vous deux. Bernard

patrice Nigoul 20/10/2020 11:11

Bonjour Manu,
Je découvre par hasard ton blog ... Pas de nouvelle de toi depuis ton départ de Leucate via les Antilles avec ton Kirk que tu préparais à l'époque chez Albert ... nous étions voisin de chantier ! Je m'inscrit pour avoir de tes bonnes nouvelles de temps en temps donc ! Bon vent à toi Amicalement Patrice (voilier Speedy)

ALAIN CRAVENAUD 19/10/2020 16:38

Merci pour ce récit qui nous invite à vivre avec Martin .
Bonne continuation et bon vent !!!
Cordialement
Alain & Marie