Manu et Martin autour du monde

En suivant Martin, le bateau poisson clown de Manu son capitaine et de Michelle le long de leur voyage autour du monde, des enfants, les colibris de la Super Team scrutent l'horizon et se questionnent sur l'avenir de leur planète. Depuis quatre années, ce sont ces enfants, colibris voyageurs, colibris des écoles suivant le projet ou encore colibris que nous croisons sur notre route qui sont les acteurs principaux de ce blog . Cet espace est avant tout un lieu de découvertes et d'échange autour de la mer, les voyages, la voile, le respect de notre environnement et de nos aventures bien sûr !   A vivre et à faire vivre par tous: enfants, voyageurs ou à l'école, amis, familles,  passionnés de bateaux et  amoureux de notre belle terre... Notre petit travail de colibri est d'essayer de tisser un lien entre les enfants du monde, un lien tissé  des vraies valeurs, que sont le respect de l'autre et de notre planète.

MERCI ARIELLE!

MERCI ARIELLE!

Quelque part entre les Açores et le Cap Sao Vicente dans les années quatre vingt dix. 11h35 TU, RFI, météo marine, Arielle Cassim:

'' Pour la zone ''Joséphine'': vent ouest sud ouest, 7 à 8, passant à l'ouest nord ouest 8 à 9, puis faiblissant 6 à7 en fin de période à l'ouest, fortes rafales, mer forte à très forte, visibilité médiocre. Sao Vicente vent ouest sud ouest.....''

Qu'est ce que je fiche là au mois de décembre! Joséphine, pourtant le nom est charmant. Un jour cela va mal se terminer... Comme d'habitude je suis au mauvais endroit au mauvais moment... Ma faute, je travaille dur tout l'été, en revanche j'ai tout l’hiver de libre. Il ne fait pas chaud, je suis seul, le ciel est plombé. Pourtant, tous les jours, à 11h35, le soleil se lève. La petite musique sur mon poste en ondes courtes m'annonce qu'Arielle va parler, qu'elle va ME parler. Il fait tout de suite moins froid, je suis sûr de voir, du fond de ma table à carte, chaque jour, à cette même heure, un rayon de soleil se faufiler jusqu’à moi. Mon petit poste est équipé d'un lecteur de cassette, chaque bulletin est enregistré. Je peux ainsi noter, avec mon stylo à quatre couleurs, la situation générale de tout l'Atlantique Nord sur une des nombreuses carte des zones météo que j'ai photocopiées en format A4. Quatre jours par feuille. Premier jour en vert, le deuxième en bleu, le troisième en rouge, le dernier en noir. Je peux ainsi voir l'évolution des différents phénomènes. J'écoute en boucle Arielle afin de ne rien oublier. J'aime sa voix, elle me réchauffe le cœur. Je suis en solitaire, jamais en solitude, Arielle est là. Un petit peu, certes, mais tous les jours. Compagne indéfectible, équipière permanente, je sens de l'inquiétude dans sa voix quand elle annonce du mauvais temps. Je l'entends me dire: ''attention Manu, ça va chauffer, prend soin de toi, sois prudent''. Nous en avons fait des milles ensemble! Aujourd'hui je reçois mes fichiers GRIB par satellite. Je les étudie sur l'écran glacé de mon ordinateur. Et si les prévisions s'étalent sur plusieurs jours, et que cela est bien pratique, il y manque toujours quelque chose. Il manque cette chaleur, cette présence, cette tendresse que tu as su pendant tant d'années nous donner, à nous tous qui étions sur la mer, si petits, si loin, perdus au milieu de l'océan... Merci Arielle.

Manu depuis les Anses d'Arlet en Martinique le 23 janvier 2020.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article