Manu et Martin autour du monde

En suivant Martin, le bateau poisson clown de Manu son capitaine et de Michelle le long de leur voyage autour du monde, des enfants, les colibris de la Super Team scrutent l'horizon et se questionnent sur l'avenir de leur planète. Depuis quatre années, ce sont ces enfants, colibris voyageurs, colibris des écoles suivant le projet ou encore colibris que nous croisons sur notre route qui sont les acteurs principaux de ce blog . Cet espace est avant tout un lieu de découvertes et d'échange autour de la mer, les voyages, la voile, le respect de notre environnement et de nos aventures bien sûr !   A vivre et à faire vivre par tous: enfants, voyageurs ou à l'école, amis, familles,  passionnés de bateaux et  amoureux de notre belle terre... Notre petit travail de colibri est d'essayer de tisser un lien entre les enfants du monde, un lien tissé  des vraies valeurs, que sont le respect de l'autre et de notre planète.

PANI TOUWMAN! Lettre du mois de mars

PANI TOUWMAN! Lettre du mois de mars

Terre de Haut, le 29 mars 2021,

« Aujourd'hui pas de tourments », voilà ce que l’on peut lire sur le volet du petit kiosque, à l'angle de la ruelle longeant l'église. Si l’écriteau fait référence aux délicieuses pâtisseries saintoises, "les Tourments d'amour", qui, comme annoncé, n'ont pu être confectionnés ce jour, le message fait, par ailleurs, particulièrement écho en moi. C'est bien cela que je ressens: ici, maintenant, aucun tourment à l'horizon.

Zénitude et quiétude accompagnent chacune de nos balades dans cette petite île de l’archipel guadeloupéen. Une île, qui, comme presque toutes celles effleurées depuis le début de notre voyage, se retrouve largement désertée de son flux de touristes habituel.

Avant-hier, lors de notre départ de Martinique, un grand groupe de dauphins nous a escorté joyeusement. Tels des guides pour nous montrer le chemin et nous encourager à quitter cette terre si chère à mon (nos) cœur (s).

Ça y est, après une belle escale de trois mois, le voyage de Martin reprend.

« Il ne s'est jamais arrêté », me répète souvent Manu, «où que nous soyons, quoi que nous fassions, nous sommes toujours en voyage!» .

Pas tout faux, mais pas tout vrai pour moi. Cette escale, je l'ai vécue comme une grande pause, agréable, nécessaire… mais un poil déstabilisante. Un virage dans cet élan de découverte, de nouveauté et de curiosité dans lequel je me trouvais depuis notre départ de Méditerranée. Ce retour «à la maison» a amorcé un retour sur moi-même, un regard sur ma nouvelle vie, mon nouveau moi.

Je découvre un nouveau rapport avec nos deux biens les plus précieux, l'Espace et le Temps .

D'un côté, un espace de vie, minuscule, réduit à quelques mètres carrés dans un Martin douillet, quelques petits mètres carrés à se partager, le capitaine de mon cœur et moi, équitablement et respectueusement . Un véritable challenge!

A côté de ce microcosme, se télescope, un autre Espace, immense celui là : le monde qui s'offre à nous avec un nombre infini de destinations variées, possibles ou pas. Je réfléchis. Je rêve.

Quant au Temps, il m'apparaît désormais élastique, extensible à souhait. Vertigineux. J'essaie de ne plus vouloir le maîtriser, le «rentabiliser», juste en profiter. Une vraie richesse, tout ce "temps cadeau", la seule vraie richesse que nous possédons, un cadeau tous les jours renouvelés.

Le voyage reprend, nous nous sentons libres et conscients de cette chance. Cap au Nord d'abord puis à l'ouest, direction le Rio Dulce au Guatemala d'ici le mois de juin. Bien sûr nous nous adapterons en fonction…

De mon côté je veux apprendre à conjuguer l'espace et le temps au présent, au présent harmonieux et à multiplier mes errances terrestres, marines au fil des rencontres, au fil de nos envies.

Profiter. Simplement profiter.

J'ai le temps, nous avons le temps. C'est bien ça, pas de tourment aujourd'hui !

Michelle

 

PANI TOUWMAN! Lettre du mois de mars

Notre escorte pour quitter la Martinique. 

PANI TOUWMAN! Lettre du mois de mars
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-Marc 05/04/2021 08:47

Et là bas, deux marins sur la mer infinie, disant aux vent, par de soucis.