Manu et Martin autour du monde

En suivant Martin, le bateau poisson clown de Manu son capitaine et de Michelle le long de leur voyage autour du monde, des enfants, les colibris de la Super Team scrutent l'horizon et se questionnent sur l'avenir de leur planète. Depuis quatre années, ce sont ces enfants, colibris voyageurs, colibris des écoles suivant le projet ou encore colibris que nous croisons sur notre route qui sont les acteurs principaux de ce blog . Cet espace est avant tout un lieu de découvertes et d'échange autour de la mer, les voyages, la voile, le respect de notre environnement et de nos aventures bien sûr !   A vivre et à faire vivre par tous: enfants, voyageurs ou à l'école, amis, familles,  passionnés de bateaux et  amoureux de notre belle terre... Notre petit travail de colibri est d'essayer de tisser un lien entre les enfants du monde, un lien tissé  des vraies valeurs, que sont le respect de l'autre et de notre planète.

LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)

LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)

LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu) Les énormes camions se suivent dans un concert mécanique infernal, les ''tuk tuk'' comblent le vide que n'arrivent pas à occuper les gros monstres d'acier, et, chose incroyable, quelques motos de petite cylindrée parviennent à se glisser au milieu de tout cela. Les trottoirs inexistants sont envahis de marchands et d’échoppes en tous genres. Ça grouille de partout. Ça vend, ça achète, ça échange, ça interpelle. Au milieu de cette foule bigarrée (quelle imagination, où vais-je chercher tous ces adjectifs?), la circulation momentanément arrêtée, permet à un magnifique ''trucks'' aux couleurs bariolées de cracher sa fumée nauséabonde sur le grill de la ''Churrasqueria'' du coin vers laquelle je me dirige. La viande y est bonne, grillée comme il faut... grillée et fumée au semi remorque, une spécialité de la rue de Fronteras. Pour cela il faut que je traverse (traverser une artère comme ça sans se faire écrabouiller, c'est une veine!). Je me lance. Une scène du film ''Un singe en hiver" envahit ma tête. A l'instar de Jean Paul Belmondo, je torréai (du verbe Espagnol toréar) les animaux mécaniques qui se ruent sur moi: d'une petite passe à ''l'estribo" *, je contourne une petite Suzuki sur laquelle une famille complète et joyeuse semble ne pas me remarquer, j’enchaîne sur une double série de ''déréchassos*'' grâce auxquels j'échappe de justesse à cinq "quarante-quatre tonnes" (modifiés cinquante-six) qui passaient par là, ce qui inévitablement m'entraîne sur la trajectoire d'un tuk-tuk qui roule à contresens et que j'évite d'un gracieux ''molinété."* dont je suis, tout le monde vous le dira, un spécialiste incontesté. Je finis élégamment dans les bras d'un monsieur qui malgré son air sérieux et son gros revolver à la ceinture me fait un grand sourire. Dans une étonnante cacophonie, juste au dessus de nous, un haut parleur vante à tue-tête et en Espagnol les bienfaits du respect des règles du code de la route. C'est en héros que j'arrive à l'entrée du restaurant. L'odeur de viande grillée s'ajoute au parfum de victoire qui m'embaume... S'ils ont du taureau je prendrai bien les deux oreilles et la queue, je le mérite bien! * noms de figures tauromachiques (écrites en phonétique), que pratiquent les toreros avec leur cape et le taureau.

MANU 

En vidéo cette rue infernale!

LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
LA RUE DE FRONTERAS, UNE VRAIE CORRIDA (Texte de Manu, Vidéo et photos de Michelle)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Vous l’avez voulu … et bien vous l’avez !!!
Vous le reconnaissez c’est votre paradis , grand merci de le partager
avec ceux qui suivent votre périple avec gourmandise !
Marie & Alain
Répondre